Loading...
Films & séries

Dogs Don’t Wear Pants – un film SM sombre et puissant

Dogs don't wear pants

Dogs Don’t Wear Pants du réalisateur finlandais J-P Valkeapää, raconte comment un cardiologue veuf tombe dans le BDSM pour dépasser son deuil et finalement reprendre goût à la vie. Deux des plus grandes stars du cinéma de Finlande, Pekka Strang (Tom of Finland) et Krista Kosonen (Blade Runner 2049) sont à l’affiche de ce long métrage. Attention, Dogs Don’t Wear Pants est bien loin des films érotiques bon marché tels que 50 nuances de gris ou encore 365 jours. C’est un bijou cinématographique à la fois dur et dense mais aussi brillant et sophistiqué.

Le SM pour se sentir vivant

Dogs Don't Wear Pants

Le film démarre sur une famille qui passe ses vacances dans une maison au bord d’un lac. Juha, le mari se repose dans la chambre tandis que sa femme et sa fille se baignent à l’extérieur. Quelques instants plus tard, il est réveillé par les pleurs de son enfant. Immédiatement il comprend qu’un drame est survenu. L’homme se précipite dehors et plonge à l’eau. Il découvre au fon du lac le corps de sa femme noyée, accrochée comme une sirène dans un filet de pêche. En essayant de la délivrer, il manque de se noyer lui-même. Il a alors une vision, et se voit réuni à sa femme, nageant tous les deux au-dessus des varechs.

Puis, on retrouve quelques années plus tard Juha et sa fille devenue alors adolescente. Cette dernière souhaite comme cadeau d’anniversaire un piercing sur la langue. Le père l’emmène ainsi chez un perceur, en l’attendant il visite l’établissement et découvre à l’étage le donjon d’une dominatrice. Comme il essaie de toucher un soumis, Mona la maîtresse SM le punit en essayant de l’étrangler. Dans cette scène étrange, Juha vit alors un moment intense. En effet, l’étranglement lui permet d’avoir un flashback et de revoir la scène qu’il a vécue 10 ans auparavant, c’est-à-dire la vision de lui et sa femme à nouveau ensemble.

Juha réalise que depuis toutes ces années il recherchait inconsciemment à revivre cette hallucination. Il se sent à nouveau vivant et comblé. C’est pourquoi il retourne voir Mona la dominatrice à plusieurs reprises pour retenter cette expérience. L’envie devient une obsession. Un vrai fétichisme pour l’étranglement nait alors en lui.

Dogs Don’t Wear Pants, SM mais pas que !

Dogs Don't Wear Pants

D’un côté le film nous parle d’une histoire d’amour. Comment un homme tente de survivre après le décès de son véritable amour. Mais Dogs Don’t Wear Pants nous parle aussi de BDSM. Quels sont les fondements essentiels d’une relation entre dominant et dominé c’est-à-dire la confiance et le respect des limites. Le film nous montre également que le rapport de contrôle entre une maîtresse et son soumis n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. En effet, si Mona conduit la séance selon ses propres règles et rituels, c’est au final le besoin de Juha qui est ici le point d’orgue.

Si Dogs Don’t Wear Pants nous parle de BDSM, l’histoire n’est pourtant pas axée sur la sexualité. D’ailleurs, il n’y a aucune surenchère en terme de pratiques SM. Tout le long du film, les séances entre Juha et Mona se concentrent uniquement sur l’asphyxie érotique. Le film est bien plus profond qu’une simple titillation érotique, il nous parle de deuil et d’une relation basée sur la confiance tout en restant totalement anonyme et secrète.

Le film est puisant et sombre. Toutefois pour atténuer cette lourdeur, on trouve quelques notes d’humour noir. De plus, les images sont belles. On ne peut manquer ce soucis du détails notamment dans le choix des couleurs. Le bleu, le rouge et le vert sont omniprésents et renforcent le côté intime et viscéral. Enfin les acteurs jouent divinement bien. Bien que je ne comprenne nullement le finlandais, j’ai regardé Dogs Don’t Wear Pants en VO. Et j’ai été particulièrement touchée par les différentes intonations que prend Krista Kosonen. Tour à tour sensuelle et douce, tour à tour cruelle et froide.

Pour conclure, si le titre Dogs Don’t Wear Pants peut faire sourire, le film est fort, sérieux et esthétiquement beau. Bref à voir absolument !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice
Lady Bellatrix
Louva
Bizarre Gallery
Andrea Ropes
La Fessée