Loading...
Interviews

Interview avec Marie Kalista

Marie Kalista

Vous avez certainement eu l’occasion de contempler ses photos ou de croiser cette jolie poupée en soirées fetish ? Marie Kalista est la modèle française en vogue et se livre dans une interview exclusive où elle nous raconte ses premiers pas dans la photo et nous confie ses opinions et envies dans l’univers fétichiste.

Peux-tu nous expliquer comment et quand as tu découvert ton intérêt pour le latex, pour le fétichisme ?

Mon intérêt pour le latex est arrivé assez tard… L’élément déclencheur à l’époque, c’est Matrix ! 1999, j’avais 13 ans et je découvrais les matières brillantes. Trinity dans son long manteau est devenue mon idole ! C’est resté au fond de moi pendant toute une période et c’est finalement grâce à la photo que j’ai développé mon fétichisme. Lors d’une de mes premières séances, j’ai porté une robe en vinyle, je me souviens très bien c’était chez Maxime Avet. À partir de là, tout s’est très vite enchainé ! Quelques achats de vêtements PVC et quelques temps après, ma première robe en latex. Il m’a fallu du temps pour me familiariser à la matière et pouvoir en profiter à 100%. Aujourd’hui je vis le latex au quotidien. Il fait partie intégrante de ma vie tant à travers la photo que dans mes sous vêtements et je n’imagine plus de rapports sexuels sans latex.

Raconte-nous Marie Kalista comme tu t’es lancée dans la photo.

Comme je l’ai dit, une de mes premières séances photo s’est faite avec Maxime Avet. À ce moment là je cherchais à entrer dans le monde de la mode ou du mannequinat sans savoir réellement comment m’y prendre. Un jour un photographe amateur m’a proposé une séance sur un site communautaire, j’ai accepté tout de suite. Juste après cela, il m’a présenté Maxime, qui a été un tremplin. J’ai ensuite fait la connaissance de Phoebus, photographe amateur à l’époque, qui m’a bookée pour une première séance, puis une autre, et ce sont finalement 4 ans de bonheur dans la photo et le latex qui ont suivi. C’est grâce à lui si j’en suis là aujourd’hui.

Qu’est-ce qui t’attire dans la photo fetish ?

Avant de parler du côté fetish, j’ai déjà une passion pour la photo. Je suis très visuelle, j’ai l’œil sensible aux « belles choses ». Et il n’y a que la photo qui montre vraiment la finesse du corps, des courbes, de la peau. Quant à la photo fetish, évidemment c’est ma passion pour le latex qui est venue s’y greffer. Je trouve que les images parlent plus que la vidéo. Donc voir une femme en latex, en photo, pour moi c’est l’extase ! Un autre avantage de la photo est de laisser au spectateur une liberté d’imagination totale.

As-tu déjà tourné dans des films ? Ou y envisages-tu, est-ce une activité qui t’intéresserait ?

Pour la raison que je viens de citer, j’aime moins la vidéo en général. Mais je m’aperçois que cela peut aussi être complémentaire et pour cette raison, je fais de plus en plus de mini clips pour mon site. Je n’ai jamais tourné dans des films et j’imagine que dans le milieu fetish c’est quelque chose qui pourrait m’intéresser. Mais pour interagir avec d’autres personnes, je dois avoir une réelle attirance pour elles. Je suis mauvaise comédienne… lol
Donc si un jour on me propose un projet intéressant, je ne dirai pas non !

Avec quels photographes aimerais-tu travailler ?

Il y a énormément de photographes avec qui j’aimerais encore travailler, je ne pourrais pas tous les citer ! Dans mes favoris, il y a bien sur Christophe Mourthé et Peter Czernich, 2 références de la photo fetish, mais aussi Roman Kasperski, Gil Perron, et j’en passe ! J’ai encore beaucoup à découvrir. En parallèle, je travaille régulièrement avec certains photographes que j’aime beaucoup et avec qui je voudrais continuer à collaborer. Je pense en particulier à Phoebus, Patrick Ceuppens et Marcus Gloger.

Quels sont tes designers préférés? Y a-t-il des stylistes pour qui tu rêverais de poser ?

J’ai un réel coup de cœur pour Marquis car ils savent mêler chic et heavy rubber à merveille. J’aime beaucoup les designers à tendance haute couture, mais je cherche actuellement à travailler davantage avec des tenues heavy rubber. Plus il y a de latex, mieux c’est ! Même en plusieurs épaisseurs d’ailleurs ! J’ai un projet avec Fantastic Rubber en cours : dans le genre tenue de super héroïne, ça devrait être assez spectaculaire. J’ai également une collaboration en cours avec Rubear. C’est une marque russe que nous avons découverte il y a 3 mois avec Phoebus, qui a d’ailleurs créé leur site marchand pour l’Europe. Leur travail est propre, ils sont adorables et surtout passionnés. Ils fabriquent une partie de leurs latex en Ukraine, avec des textures magnifiques. C’est vraiment une marque à découvrir. Si je devais avoir un souhait pour 2010, ce serait de me rapprocher de Bondinage. J’aime leur côté girly chic et glamour, avec des couleurs pétillantes !

Quels sont tes futurs projets ?

Il y a déjà plusieurs publications en cours pour 2010, des séances qui promettent de bonnes surprises, et le plus gros projet, une grande première en performance fetish ! Rien n’est encore joué, mais j’espère faire un premier show heavy rubber avec une super modèle française d’ici la fin de l’année. À suivre…

Participes-tu souvent aux événements fetish ? et qu’est-ce qui selon toi fait une bonne soirée ?

Oui, en général je participe aux soirées que je soutiens. Je ne fais pas de « présentiel ». Je veux dire par là que je n’assiste pas à une soirée pour me montrer. Si je ne soutiens pas la soirée, je n’y vais pas. Selon moi, la clé d’une bonne soirée, c’est de réunir les foules autour d’autre chose que le sexe et le latex. Ce sont 2 éléments de base ! A coté de cela, il faut trouver des points d’attraction, des show de qualité, avoir des organisateurs accessibles ou encore un confort pour tous (salle fumeur/donjon/VIP/chill..). Dans mes meilleurs souvenirs, sans citer les soirées associées, j’ai trouvé pas mal d’idées excellentes : le coin VIP réellement contrôlé, le buffet de fruits et gourmandises, la barbe à papa, le coin studio photo, et différentes salles pour différentes ambiances. Le tout étant de faire autre chose qu’un simple regroupement de fétichistes.

Quel est ton plus gros fantasme ?

Excellente question ! Celui qui me bouscule le plus l’esprit c’est sans doute de me retrouver un jour sur un yacht avec une cinquantaine de nanas en latex, des dominas, des soumises, des switchs, de la débauche et des gourmandises… Voilà ça y est, je rêve !!! Ah et j’oubliais, quelques beaux mâles peu habillés pour nous servir.

Quels sont tes fétichismes ?

Mon fétichisme pour le latex s’associe facilement à celui pour les talons hauts. L’un ne va pas sans l’autre je pense. Le latex sublime les formes, les courbes féminines, et ces courbes sont avantagées par un galbe parfait de la jambe, ce dernier accentué par les talons. CQFD

Comme je le disais précédemment, avant même mon attirance reconnue pour le latex, j’avais une curiosité prononcée pour tout ce qui implique la contrainte. Je n’ai cependant pas encore eu l’occasion d’explorer cette partie de mes fantasmes… . Cela viendra surement un jour, avec le partenaire idéal ! Je suis encore toute jeune, je me réserve des surprises !

Qui sont tes icônes sexuelles, les personnalités que tu admires le plus ?

Mes icônes sexuelles ? Je suis une fan inconditionnelle de Rubberdoll. Cette femme, en plus d’être belle, a un charisme et une prestance que j’admire. Concernant les célébrités, Angelina Jolie est pour moi une des plus impressionnantes. Simplicité, beauté, élégance, charisme, force, je vois tout en elle. Disons que ce sont les 2 femmes que j’admire le plus aujourd’hui. Mes 2 icônes !

Une fois au Paradis ou en Enfer, qu’aimerais-tu que Dieu ou Satan te dise ?

Satan me félicitera surement d’avoir été aussi obsédée par certains péchés dont la gourmandise, l’envie et surtout la luxure… J’aime et j’ai besoin d’être satisfaite, dans tous les domaines…

One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice
Lady Bellatrix
Louva
Bizarre Gallery
Andrea Ropes
La Fessée