Loading...
ArtInterviews

Interview avec les Ultimate Psycho

Ultimate Psycho

Ultimate Psycho est la réunion de deux artistes photographes. Yann et Coco vouent une passion folle pour leurs nombreux fétichismes (latex, cagoules, corsets, porte-jarretelles, talons aiguilles, etc.) qu’ils mettent en valeur avec talent et originalité. Nous sommes très heureux de vous présenter ce couple excentrique que nous apprécions beaucoup. Enjoy !

www.ultimate-psycho.com

D‘où vient votre pseudo Ultimate Psycho ?

Notre pseudo vient de l’union de psycho, abréviation de psychopathe par rapport au montage de décors parfois très border line/décalé (comme mettre une baignoire pleine de mousse ou des toilettes au milieu de notre salon pour un shoot) et ultimate pour la connotation no limit.

Racontez nous comment vous êtes tombés dans l’univers fétiche ?

Yann : Je suis né comme ça, j’ai l’impression que cela a toujours fait parti de ma personnalité, je ne saurais pas forcement l’expliquer.
J’ai été élevé par mon arrière-grand-mère, une femme très coquette, qui portait des bas et des porte-jarretelles, des gaines et des talons, des chapeaux… Cela a façonné ma vision de la vie, de la femme ainsi que la fascination pour la féminité.
Coco : J’ai rencontré Yann… Il a réveillé ce qui dormait en moi.

Quand, comment et pourquoi vous êtes vous lancés dans la photo fétiche et alternative ?

Yann : d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé photographier mes petites amies. À l’arrivée de Coco dans mon univers, nous avons commencé à prendre en photo nos amies proches.
Suite à ces shoots, nous avons créé notre site Internet, afin de partager notre univers. À partir de là, nous avons rapidement été contactés par des modèles de tous horizons.

Vous êtes avant tout un couple, avant d’être des associés, comment vous partagez-vous le travail ? Selon vous, est-ce un atout ou un inconvénient de travailler en couple ?

Nous sommes complémentaires, nous décidons ensemble des shoots que nous aimerions faire. Cela va de l’idée à la création du décor (qui bien souvent est monté à partir d’objets ou meubles recyclés, récupérés au fil du temps, voire même détournés), en passant par la tenue ou le makeup et le choix du modèle.
Yann est derrière l’appareil, et Coco fait la retouche numérique et dirige les modèles. Travailler ensemble n’est pas forcement facile, nous sommes quand même deux individus différents, avec une vision différente. C’est aussi ce qui fait notre force.

Qu’est-ce qui vous plait tant dans le style alternatif ?

Cela nous permet de nous évader de la vie quotidienne. Sans limite, nous créons des instants de vie éphémères et les fixons sur « pellicule ».

Quelle est la séance photo qui vous a la plus marquée ?

Nous avons eu plusieurs séances disons mémorables. Celle qui nous a le plus marquée reste cependant celle faite avec Valentina fetish doll à Lyon. Nous sommes de grands fans et nous voulions que tout se passe au mieux.
Malheureusement, l’une de nos lampes a grillé et nous avions oublié les ampoules de rechanges. Notre stress a atteint à ce moment-là, son paroxysme, mais nous avons relativement bien géré la situation. La séance s’est très bien déroulée, et le souvenir de Valentina passant dans les couloirs de l’hôtel en latex intégral restera longtemps dans nos mémoires.

Vous ne photographiez pas seulement des modèles fétiches, quels genres d’événements et concerts photographiez-vous ?

Nous photographions toutes sortes de sujets comme des concerts avec le collectif Live in Marseille, qui peuvent être pop-rock, electro, ou même de la variété française, des happenings plutôt accès underground (piercing), des soirées (Bal des Supplices, Torture Garden), nos voyages…

Quels événements, soirées, concerts vous ont marqué et où vous appréciez d’aller ?

Yann : la soirée la plus marquante fut mon premier Bal des supplices en tant que photographe accrédité. Je me suis éclaté comme un fou… surtout après pour trier les photos. La Torture Garden en 2008 m’a aussi très impressionné, et pour la partie concert, Indochine, mon rêve qui se réalise : passer enfin de l’autre coté de la barrière.
Coco : la Torture Garden m’a beaucoup amusée. J’ai été la traductrice attitrée de Yann à cause de la barrière de la langue.

Quels sont vos fétichismes ?

Yann : la liste est trop longue et parfois extrême, cela pourrait faire peur à nos futurs modèles (humour)
Coco : Le latex, les cagoules, les corsets, les bottes et chaussures, les bas et porte-jarretelle, le burlesque/pin-up…

Qu’est ce que vous aimez photographier ?

Les gens alternatifs, les gens dit classiques dans des situations inhabituelles pour eux.

Qui ou quoi rêveriez vous de photographier ?

Yann : Il y a beaucoup trop de modèles pour n’en sélectionner que quelques unes (mais sinon Beth dito, Scar 13…)
Coco : Yann a raison, mais j’avoue que pour ma part, j’aimerais bien que nous fassions un shoot avec les Suka off.

Où trouvez-vous votre inspiration, quelles modèles, quels films, livres, etc. ?

L’inspiration peut venir de n’importe quoi, mais nous avons quand même quelques références cinématographiques comme « Preaching to the perverted » ou « La secrétaire », coté magazine « Marquis » et « Skin Two » et en tant que réalisateur Andrew Blake pour n’en citer qu’un.

Quels sont vos projets à venir ?

Nous attendons la sortie d’un livre de photos sur le thème des pin-up aux États-Unis en avril auquel nous avons collaboré. Un shoot est prévu lors de notre voyage à Stockholm ainsi qu’à Londres, et pour le reste… cela dépendra de nos rencontres.

One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice
Louva
Bizarre Gallery
Andrea Ropes
La Fessée