Loading...
InterviewsMode

Interview avec Josselin Guichard

Josselin Guichard

À découvrir, l’interview du jeune photographe et créateur français, Josselin Guichard qui nous fait partager ses idées sur l’univers du latex, ses photos, sa mode et les soirées fetish.

Bonjour Josselin, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Je suis un jeune créateur et photographe français.

Tu parais être très polyvalent ! Commençons dans l’ordre : peux-tu nous en dire plus sur ton travail de designer à travers Hedony Design ? Quand, comment et pourquoi t’es tu lancé dans le latex ?

Je suis avant tout autodidacte, j’apprends facilement de mes expériences et cela m’a bien servi plus d’une fois. Hedony Design est née d’une histoire d’amour entre Hedony et moi-même, il y a de cela 5 ans maintenant. Elle étant styliste modéliste et ayant du mal à se faire une place sur le marché plus que saturé, nous avons choisi de mettre en commun d’une part son savoir et le mien (d’entrepreneur / expert dans les nouvelles technologies), et de l’autre notre passion pour le latex, que nous mettions en photo depuis déjà quelques temps.Nous aimions avant tout la brillance de cette matière et son aspect très près du corps, une forme de nudité sans nudité présentée par cette seconde peau.
L’idée fut avant tout de faire bouger les choses en France, ouvrir un petit peu cette matière au monde de la mode et la présenter comme une matière noble au multiple facettes ! Dès le début, utiliser des couleurs vives, brillantes, vibrantes et les mélanger avec des soies et des dentelles de calais est donc devenu notre fer de lance.
Aujourd’hui, Hedony a depuis 2 ans quitté la compagnie, mais avec l’aide et les conseils de professionnels de la mode (stylistes/modélistes, car je souhaite avoir des coupes très abouties et préfère me tourner vers des professionnels en cas de doute) j’ai ainsi pu optimiser certaines tâches et leur coût, pour aujourd’hui réattaquer le marché avec une collection et un site internet abouti, sur lequel j’ai regroupé toutes mes activités afin de moins me disperser!

Hedony Design est maintenant présent dans bon nombre de grandes soirées fetish internationales. Y’a t’il une nouvelle collection de prévue ? Envisages-tu de créer une ligne pour homme ?

Hedony Design est en effet présentée dans de nombreuses soirées européennes, telles que le German Fetish Ball et plus récemment la Fetish Evolution. Je réserve des collections inédites pour chaque défilé, ce qui me pousse aussi à refuser quelques propositions. Aujourd’hui je suis surtout présent dans les soirées européennes comme reporter photo, et cela m’aide à communiquer autour de ma marque (et de m’apercevoir que beaucoup de personnes ne savent pas que je suis caché derrière le nom d’Hedony Design).
En ce qui concerne la nouvelle collection, j’ajoute de nouveaux modèles régulièrement sur le site internet. Je ne tiens pas à segmenter en « saisons » comme nous le ferions dans la mode. Les tendances changent, mais le latex et notre choix de travailler chaque pièce à la main permettent de faire évoluer la gamme avec le temps, rien que par le choix des couleurs par exemple. Une ligne homme est en projet depuis un certain temps, et quelques prototypes ont circulé, mais je préfère, pour le moment, consolider la partie féminine.

Il y a très peu de créateurs latex en France. Comment expliques-tu cela ? La soi-disant crise touche-t-elle le milieu ?

Avant toute chose, je dirais juste que les français ont des œillères qui les poussent à associer le Fetish/SM/sex shop et mettre le tout dans un grand shaker… prenez une personne lambda en Angleterre, et elle sera au moins curieuse au sujet d’une création latex (ou du moins ne s’enfuira pas) alors qu’en France la personne montrera du dégout et vous fuira comme la peste ! La faute donc à l’ouverture d’esprit et sans doute aux promoteurs de soirées qui n’ont pas cherché à en faire quelque chose de branché, pour justement rester un mouvement de niche … (Voire pour certains une manne financière dont ils sont les seuls maitres.)
Pour ce qui est de la crise, et vu qu’il n’y a que des « puristes » dans ce milieu, je dirai que ça n’a pas changé le fond des choses. Peut être que la garde robe est moins étendue que par le passé, mais nous sommes si peu que …

Beaucoup de gens te connaissent comme photographe-clubber pour tes célèbres reports de soirée qui font le tour du net souvent quelques heures après la fin de l’évènement …  Selon toi, quels sont les éléments essentiels pour qu’une soirée fetish soit parfaitement réussie ?

Quelques heures, hum je dirais plus quelques jours (2 en moyenne) le temps de sélectionner et optimiser les photos afin d’en faire de fabuleux souvenirs pour chacun. Je fais cela avant tout par passion et de voir mes photos quelques jours après la soirée sur les myspace et facebook de pas mal de personnes, ça me fait toujours plaisir et me pousse à continuer ! Pour la soirée fetish parfaite, même si d’ors et déjà je ne pense pas que cela soit possible … il faut essayer d’être au goût de chacun et agir par touche. Il faut aussi ouvrir sa soirée à une jeunesse plus dynamique au lieu d’en avoir peur et éviter la « danse des canards » ou toute autre musique qui ne fait plaisir qu’à un petit groupe d’initiés de la soirée. Il faut aussi une ambiance plus travaillée et surtout moins « dark » que celle que l’on trouve actuellement. Pourquoi les soirées se déroulent elle toujours dans des caves? Ne peut-on pas jouer plus des décors, de la lumière, de la communication en faisant par exemple des flyers plus sexy, ou de la musique plus branchée et mieux mixée? Sans oublier les parties donjon et couple room, même si elles ne doivent pas représenter la majorité de l’espace. À vrai dire, faites une soirée dans un club branché, ajoutez une touche de fetish sans faire ressembler au cirque, et de là le succès est assuré !

Photographe de soirée n’est pas ta seule activité … Tu shoot aussi de splendides fetish modèles dans tes créations latex !

À vrai dire, c’est même là mon activité de départ dans le milieu fetish. Nous avons commencé avec Hedony il y a 7 ans environ à faire des photos pour nous, puis pour notre premier site (www.fetishrendezvous.com), avant de commencer nos premières créations.
Depuis 3 ans, j’ai commencé à m’ouvrir à d’autres modèles tout en gardant mes créations latex comme cœur des photos, m’en servant comme une force car celles-ci sortent en général de l’ambiance « classique » du milieu fetish et rapprochent les clichés de l’ambiance de la photo de mode.

Certaines modèles m’ont confessé que tu retouches les clichés et qu’elles n’apprécient pas toujours…  Éternel débat ‘je retouche, je ne retouche pas mes photos’. Quelque chose à dire à ce sujet ?

La retouche est aujourd’hui pour moi le nouveau défi auquel la photo doit s’attaquer. Les puristes ont déjà nié le passage au numérique, alors Photoshop n’est qu’une prochaine étape … Quoi qu’il en soit, il faut savoir retoucher avec modération, et mettre en valeur les éléments (modèle, vêtement, décors…). Certains modèles diront qu’elles ne se reconnaissent pas, car leur nez crochu a disparu, mais là il n’y aura qu’elles pour le voir. D’autres jugeront une photo retouchée alors qu’elle ne l’est pas … Une récente aventure de la sorte m’a bien fait rire : j’avais retiré un pont, et très peu retouché la modèle, mais cela a quand même donné lieu à pléthore de commentaires au sujet de la retouche … comme quoi les photos les plus retouchées ne sont pas forcement celles auxquelles on pense !
Quoi qu’il en soit le modèle et le décor parfait n’existent pas, et Photoshop est un merveilleux outil pour s’en approcher pourtant …

As-tu des critères particuliers quand aux choix de tes modèles ?

Avant tout je marche à l’instinct. Une modèle qui me plaît de par son visage, son look et son physique me donne envie de la photographier. Si après nous nous entendons sur les idées de photos à réaliser, c’est parti ! J’ai eu beaucoup de mauvaises surprises à mes débuts, c’est pourquoi je rencontre toujours mes modèles avant de faire des photos, cela assainit les choses et détend la situation le jour du shoot. Il ne faut en effet jamais oublier que je fais cela par passion, et que je n’aime jamais travailler dans l’urgence, sous pression ou dans la mauvaise humeur …

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Vivre d’Hedony Design ou de la photographie, bien que cela semble utopique. Dans le cas contraire, je me verrais obligé de reprendre mon travail dans le monde de l’expertise et la gestion de projets informatiques.

Merci beaucoup pour ces réponses ! A très bientôt  dans une soirée quelque part en Europe !

One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice
Lady Bellatrix
Louva
Bizarre Gallery
Andrea Ropes
La Fessée