Loading...
InterviewsMode

Interview avec Sylvain Coeurjolly

coeurjolly

En cette période estivale, nous vous invitons à découvrir ou re-découvrir Sylvain Coeurjolly. Réputé pour ses fashion shows apocalyptiques il reste un artiste authentique et incontournable de la scène fetish. Designer génial mais aussi champion de la récup’, TendanSMag vous plonge dans l’univers déjanté de ce créateur de tenues fétichistes réalisées à partir d’une matière un peu particulière… Découvrez l’intimité et le travail de ce couturier hors normes !

Sylvain CoeurJolly, l’homme le plus occupé du monde. Tes interviews sont rares, merci de nous accorder de ton temps précieux pour TendanSMag. Pour les malheureux qui ne te connaitraient pas encore, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis styliste-couturier, ancien parisien partit chercher la tranquillité dans le sud de la France depuis une dizaine d’années… C’est à ce moment-là que j’ai débuté mon parcours de créateur de vêtements.

Parles-nous de tes créations vestimentaires uniques au monde. Tu utilises une matière spéciale pour les créer … Comment t’es venue l’idée de travailler la chambre à air ?

Haaa… La chambre à air et moi, c’est une longue histoire ! Ça a commencé lorsque je vivais sur Paris et pratiquais le paint-ball. Afin d’amortir le choc des billes de peinture et de rendre ma tenue lavable, j’avais customisé l’avant de ma combinaison, c’était efficace et me donnait un super look ! J’ai arrêté là l’utilisation de cette matière jusqu’à ce que des amis du milieu « bod-mod » me demandent un accessoire, une jupe, une tenue complète et me poussent à en faire plus, me faire connaître. Et de fil en aiguille, je me suis retrouvé dans le milieu fetish dans lequel je me suis fait ma petite place ; je m’y sens bien et je peux aller dans tous mes délires.

Nous savons que chaque pièce vendue est faite à la main, et donc toujours uniques. Travailles-tu tout seul ? Si oui, où trouves-tu le temps de tout faire ?

Pour le côté création des vêtements, oui je travaille le plus souvent seul. La fabrication des pièces se fait par des techniques qui me sont vraiment propres. La chambre à air n’est pas une matière simple à travailler, je suis le seul créateur des articles présents sur mon site. J’y passe certaines de mes soirées, après les journées de mon emploi régulier ainsi que la plupart de mes week-ends. Je suis par contre entouré de bons amis pour tous les autres aspects : gestion de mon site internet, photographie, promotion, etc.

Quelles sont tes pièces bestsellers ?

J’ai des grandes robes, des mobiliers de soumission qui ont beaucoup de succès mais qui ne sont pas parmi mes meilleures ventes ; difficile de porter une robe de mariée à cerceaux ou de mettre un lit en caoutchouc de deux mètres cinquante de diamètre dans son salon ! Mes articles les plus vendus sont les modèles de petites jupes et hauts. Il y a aussi quelques accessoires tel les petits sacs ou accessoires SM : les sangles de bondage, idéales pour des jeux aquatiques ou mes martinets, réputés pour leur mordant !

Tu crées également des pièces sur mesure. As-tu des limites ou es-tu capable d’assouvir les envies les plus folles de tes clients ?

La chambre à air m’impose quelques limites, il m’est par exemple malheureusement impossible de réaliser une combinaison intégrale comme on pourrait le faire en latex, je ne peux pas non plus faire de vrai corset, en raison de l’élasticité de ma matière…
Mais je suis particulièrement intéressé par les délires que l’on me propose parfois : bustiers aux seins démesurément pointus, ensemble de lingerie en dentelle perforée et même un lit en forme de phallus ! Rien n’est plus motivant que le challenge d’assouvir les désirs d’un ou d’une cliente.

Sur qui rêverais-tu de voir tes créations portées ? Pourquoi ?

Depuis plusieurs années déjà je me dis que j’aimerais beaucoup voir une de mes robes portées sur les marches du festival de Cannes, ce serait une énorme marque de reconnaissance. Ensuite carrément un autre délire, habiller les membres du groupe Rammstein, un rêve pour un fan comme moi !
Je n’ai pas de préférences sur les demoiselles à habiller… Toutes les filles du milieu fetish sont sexy à souhait, elles savent se mettre en valeur et sont sures de leur pouvoir de séduction, ce serait un énorme plaisir et un rêve de toutes les voir porter mes créations.

Quels sont tes mentors ou les créateurs qui t’inspirent ?

Le créateur qui m’inspire le plus est un couturier de la Haute-Couture bien connu de tous : Jean-Paul Gaultier. Je suis vraiment fan de ses idées à la fois très classes, féminines et extravagantes. Je suis admiratif devant son parcours et trouve vraiment génial qu’il ait pu se faire sa place dans le milieu un peu conventionnel de la mode et ce bien avant la démocratisation et médiatisation des courants alternatifs que l’on voit aujourd’hui depuis quelques années.

La réputation de tes fashion shows lors des soirées fetish n’est plus à faire… Expliques- nous comment tu prépares  et mets en scène tes performances !

Mes shows ne sont jamais réellement préparés et ne sont jamais chorégraphiés. J’aime la spontanéité, tout part simplement d’un thème qui sera le fil conducteur. Je sélectionne ensuite mes « mannequins » parmi les modèles fetish ou même parfois des ami(es) susceptibles de se sentir à l’aise avec les tenues et/ou ambiance du show. Je n’ai pas de critère physique, ne cherche pas de « taille mannequin », ni de pro du show. Je souhaite juste créer un moment dont on se souvient de par son côté décalé, étrange ou parfois humoristique. Je ne suis pas fan des défilés de mode classique où les filles marchent bien droit en faisant la gueule…

Tu parcours également la France en faisant sensation sur les Salons de l’Érotisme. Tout le monde sait que la majorité des clients de ces salons ne sont pas forcément des fétichistes assidus … Penses-tu véhiculer une image positive du fétichisme pour cette large clientèle ? As-tu des anecdotes intéressantes sur des clients atterris par ‘erreur’ sur ton stand ?

Il est vrai que sur les salons la clientèle est habituée aux aspects « traditionnels » de l’érotisme. Je pense que je donne une bonne image du fétichisme ; je suis toujours présent pour répondre aux questions du public et elles sont nombreuses : pourquoi porter cette matière ? Rapport au SM ? Je pense qu’il est nécessaire d’être présent pour effacer les a-priori. La présence féminine de Mina est aussi très importante surtout pour certains shows que nous y faisons comme les démonstrations de «Pony-Play». Elle est une des meilleures preuve de l’aspect esthétique et plaisir du fétichisme.
Nous avons vu à plusieurs reprises des révélations  pour le fétichisme ou le SM de la part de clients qui sont repartis leurs sacs pleins d’accessoires, vêtements, fantasmes et infos sur des pratiques, soirées et autres… C’est vraiment agréable, on aimerait voir ce genre de réaction plus souvent.

Sur la boutique online de ton site, tu vends également du latex. Cette matière est très appréciée des fétichistes et même, disons le, assez médiatisée ces temps-ci. Parles-nous un peu de ces pièces que tu vends et de celui qui les fabriquent.

C’est justement sur un salon érotique que j’ai rencontré le créateur des vêtements en latex que je présente dans ma boutique. C’est un vrai passionné, j’ai rarement vu la lueur de plaisir et de fierté que j’ai vu dans ses yeux en voyant une demoiselle dans une de ses pièces.
Nous avons la même philosophie quant à la commercialisation de nos créations sur-mesure ; lorsqu’il m’a proposé un partenariat, j’ai accepté avec plaisir. Vous pouvez donc retrouver sur ma boutiques ses incroyables «catsuits» qui s’enfilent par le col ( sans fermeture éclair ) ses corsets qui dessinent une superbe taille de guêpe, mais aussi des bottes et vaccum-beds.

Il y a très peu de designers latex en France, alors que la demande est croissante. Designer latex fait il partie de tes projets futurs, de tes prochains challenges ?

J’aimerais beaucoup… J’ai avant tout besoin de temps, de moyens… et de changer d’environnement, de trouver un lieu propice à plus de créations… Mais j’ai très envie d’appliquer mes idées sur le latex et beaucoup de personnes de mon entourage m’y poussent… Vous serez tenus au courant !

Sylvain Coeurjolly, autre chose à ajouter ?

Non, merci à vous de m’avoir donné l’occasion de faire connaître un peu plus mon travail !!!

Merci d’avoir répondu à ces questions pour tendansmag.com !

2 comments
  1. Cynthia

    J’ai découvert Coeur-Jolly grace au travail exceptionnel de Nath Sakura, et notamment grace à sa robe de vernissage qu’il lui a designé. Sylvain : un grand bonhomme que je découvre dans cette interview.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editor's choice
Lady Bellatrix
Louva
Bizarre Gallery
Andrea Ropes
La Fessée